si les choses m'étaient contées

21 octobre 2019

Les 7 vies de Léo Belami de Nataël Trapp

9782221242766ORI

Léo Belami, jeune adolescent de 17 ans vit à Valmy-sur-Lac et s’apprête à participer à la fête de fin d’année du lycée. Cette année, cette fête a un goût bien particulier. Il y a trente ans, Jessica Stein est morte pendant la soirée et personne n’a été arrêté pour ce meurtre. Une affiche est placardée dans tout le lycée et un peu partout dans la ville avec le hashtag #TrenteAnsDéjà. De quoi questionner le jeune homme surtout lorsque celui-ci se réveille chaque matin dans le corps d’une personne différente et en pleine année 1988, année fatidique pour Jessica. Comme Léo, nous plongeons au cœur des années quatre-vingt et comme lui nous en apprenons plus sur sa famille et sur cette jeune fille. Au fil de ses allers-retours entre 1988 et 2018, Léo cherche des réponses notamment le nom de l’assassin de Jessica et il se demande s’il peut changer le cours des choses sans pour autant trop impacter la vie telle qu’il la connaît.

Un roman qualifié « Young adult » qui se dévore de page en page sans jamais nous lasser. Sur fond de roman policier, l’auteur formule ici des questions existentielles que tout ado de 17 ans se pose et nous invite dans un univers fantastique comme dans les séries Riverdale ou Stranger Things. Cette plongée au cœur des années quatre-vingt ravira les trentenaires/quarantenaires nostalgiques de leur jeunesse et/ou adolescence et plaira à coup sûr aux jeunes adultes tout juste sortis de cette époque lycéenne. C'est plutôt une belle découverte pour moi et j’espère que cela en sera de même pour vous.


09 octobre 2019

Le cahier de recettes de Jacky Durand

durand

Lorsque Henri, patron du restaurant le Relais fleuri, sombre dans le coma, son fils Julien se souvient de sa vie auprès de lui, cuisinier qui voulait faire de son fils un garçon érudit et non un simple cuisinier. Seulement, Julien aime cuisiner, il a toujours observé son père mitonner de bons petits plats sans livre et sans recettes, tout était dans sa tête. Il se rappelle tout de même un vieux cahier dans lequel sa mère avait décidé de noter les recettes pour ne pas qu’elles soient oubliées. Il cherche en vain à mettre la main dessus et découvre par la même occasion des secrets de famille plutôt bien gardés jusqu’ici. C’est pour lui un véritable retour dans les méandres de son enfance où la cuisine tient un rôle prépondérant, où Hélène, femme de lettres, a fui le domicile conjugal sans explications, le laissant évoluer auprès d’un père taiseux et plutôt distant. Les choix de son père auront à la fois éloigné et rapproché Julien de ce père quelque peu absent et de cette passion commune qu’est la cuisine.

Jacky Durand dresse ici le portrait d’une relation père-fils conflictuelle où  transparait sans nul doute l’admiration que Julien porte à son père parfois maladroit mais qui rêve d’une seule chose, une vie meilleure pour son fils. Ce roman où la cuisine tient pourtant une place prépondérante nous embarque tout de même dans les questionnements de Julien sur Hélène partie sans laisser de trace et sur la décision radicale de son père de l’éloigner du monde de la cuisine. Un roman plein de saveurs qui se dévore au fil des pages.

06 octobre 2019

Exils – Collectif

exils

Quatorze auteurs ont été inspirés pour plancher sur l’écriture de leur nouvelle avec pour thème : l’exil. Chacun d’eux, dans son univers bien à lui, a su décrire et raconter l’histoire de personnages choisissant ou subissant l’exil. Des récits qui ressemblent à des souvenirs et qui racontent à merveille ce thème qui est malheureusement toujours d’actualité. Prenez le temps d’ouvrir ce livre, de piocher une nouvelle ici ou là et d’acheter ce livre pour faire une bonne action car 5€ seront reversés à l’UNICEF. Partez donc à la rencontre des personnages créés par Aurélie Valognes, Laure Manel, Julien Sandrel, Lorraine Fouchet, Sophie Tal Men, Tatiana de Rosnay, Mahir Guven, Baptiste Beaulieu, Capitaine Alexandre, Gavin’s Clemente-Ruiz, Flavie Flament, Rohân Houssein, Alice Polette et M.A.G.IC., vous ne serez pas déçus et vous découvrirez peut-être de nouveaux auteurs à glisser dans votre PAL. 

Posté par Cultur_Mel à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2019

Désolée, je suis attendue de Agnès Martin-Lugand

9782266300902ORI

Yaël est une jeune femme indépendante qui ne vit que pour son travail d’interprète. Elle en est arrivée à point où elle ne voit quasiment plus ni sa famille ni ses amis. Elle vit et respire travail, le mot « vacances », elle ne le connaît pas. Pour elle, il n’y a que  l’adrénaline et ses ambitions qui comptent. Mais quand son corps décide de la lâcher, son patron l’oblige à prendre des vacances pour trois semaines. Trois semaines qui semblent insurmontable pour elle… mais quand le passé refait surface, ses trois semaines de « vacances » en famille et entre amis auront une toute autre saveur que ce à quoi elle s’attendait. Sa sœur, son beau-frère, leurs deux enfants, un couple d’amis avec leur fille et Marc sont tous tellement heureux de la retrouver qu’ils ne peuvent s’empêcher de vouloir retrouver la véritable Yaël, celle qui savait vivre autrement qu’à travers son travail. C’est comme un véritable tourbillon dans sa vie où l’amitié et l’amour veulent retrouver leurs lettres de noblesse auprès d’elle.

Agnès Martin-Lugand sait nous cueillir dans cette histoire où on rêve que d’une chose que Yaël ouvre les yeux et savoure la magnifique vie qui l’attend si elle enlève ses œillères de travail. À chaque page, nous avons envie d’être avec elle dans ce tourbillon et vivre ce retour à la réalité et à la vie, de ressentir tout cet amour que lui dispense sa famille et ses amis et l’amour qu’elle ressent pour cet homme si important depuis longtemps. On ne pense qu’à une chose en refermant le livre mais y aura-t-il une suite ? car on s’attache à tous ses personnages et on aimerait bien savoir ce qu’il devienne. C’est un véritable plaisir de lecture rafraichissant et plein d’espoir !

02 septembre 2019

Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

turton

La famille Hardcastle invite pléthore d’invités dans leur magnifique demeure de Blackheath pour le bal masqué. Mais à 23 heures, Evelyn Hardcastle va mourir… Aiden Bishop se doit de découvrir qui veut la mort d’Evelyn s’il ne veut pas revivre sans cesse cette même journée. Entre domestiques et invités de prestige, Aiden va naviguer entre les personnalités de chacun pour mettre la lumière sur les secrets que cette majestueuse demeure renferme et il ne lui faudra pas trop de sept vie et/ou mort pour élucider tous les mystères.

Comme le souligne la quatrième de couverture, c’est un polar à la lisière des romans d’Agatha Christie, de la vie de château à Downton Abbey et un clin d’œil inévitable à Un Jour sans fin. Chaque journée n’est pas vécue d’une seule traite mais chacune d’elles s’entrecroise pour permettre au héros de démêler les fils de cette journée meurtrière. Chaque personnage, chaque personnalité et chaque pièce de cette demeure sont d’innombrables indices qui le mènent à la vérité. Un véritable jeu de piste pour le protagoniste mais aussi pour le lecteur. Pour un premier roman, l’auteur a su captiver son lectorat et le tenir en haleine page après page. Cependant, il faut reconnaitre que pour suivre au mieux les méandres de l’histoire, il faut être attentif et régulier lors de la lecture de ce roman. Un livre qu’on adore ou qu’on déteste, qu’on se le dise !


09 août 2019

Comme le lait sur le feu de Cédric Totée

totée

Paul Legallec est un auteur à succès, enfin auteur de chansons à succès. Cependant, il aimerait être un écrivain, un vrai et pas simplement un faiseur de tubes avec des mots et des suites de phrases qui ne veulent pas toujours dire quelque chose. Mais il n’a pas dit son dernier mot. Il présente donc son roman qui ne convainc absolument pas son éditeur. Par contre celui-ci lui propose d’écrire la vie de Robert Samson, le roi du bonsaï, ce qui ne le ravit pas du tout. Le voici donc confronter à cet homme dont il doit faire le biopic et entrevoit aussi Jean-Luc le personnage principal de son roman. Entre les bonsaïs, le chat, l’alcool et son envahissant héros, Paul se perd dans sa réalité, flirte avec la folie et se pense investi d’une mission pour rétablir ce qu’il pense être juste.

Dans ce troisième roman paru aux éditions Élan Sud, Cédric Totée nous cueille avec un personnage un peu à côté de ses pompes et dans une histoire aussi absurde que folle qui ne trouvera d’explication que dans la dernière page. Des chapitres courts et une écriture fluide vous emmèneront dans les méandres de pensées de Paul Legallec. Une fois de plus nous avons un protagoniste qui se nomme Legallec comme dans un de ces précédents ouvrages Soupe de concombres et petites contrariétés et je me demande bien quel est le lien de parenté entre les deux – même si l’un des personnages est bien moins détestable que l’autre –, enfin s’il y en a un. Bref, encore une lecture réjouissante qui vous fera passer un bon moment !

Posté par Cultur_Mel à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2019

L’Américaine de Catherine Bardon

américaine bardon

Ruth, fille de Wilhelm et Almah, quitte la République Dominicaine, terre qui l’a vue naître, pour partir à la conquête de son rêve, être journaliste à New York. Elle laisse derrière elle sa mère, tout juste veuve, et son frère, jeune agriculteur qui vient de reprendre l’exploitation familiale. Elle choisit de rejoindre New York en bateau pour essayer elle aussi d’éprouver (en sens inverse) la traversée que ses parents ont faite en quittant leur Autriche natale pour exiler en République Dominicaine en passant par New York, ville qui les a refoulés. Durant ce trajet, elle va rencontrer un jeune dominicain, Arturo, musicien en herbe et futur étudiant à la Julliard School. À partir de ce moment, ils vont devenir inséparables et s’épauler dans les difficultés qu’ils vont rencontrer. Ruth va vivre chez son oncle, sa tante et son neveu, intégrer l’université de Columbia et effectuer un stage au Times. Malgré les difficultés éprouvées face à tant de nouveautés, Ruth s’accroche à son rêve mais son histoire familiale lui donne envie de pousser ses limites et d’en découvrir un peu plus sur celle-ci et surtout sur elle.

Un deuxième volet qui nous entraine dans un voyage plus introspectif pour Ruth. Nous suivons avec plaisir la suite de la vie de cette famille d’exilés qui n’en a pas fini pour savoir qui elle est… autrichienne, dominicaine, américaine ou juive. Tant de questions que Ruth se pose et qui l’emmènent dans différentes contrées pour retrouver une amie du passé, se trouver et enfin vivre la vie qu’elle s’est choisie. Quel bonheur de retrouver la plume de cette auteure qui sait happer son lecteur dès la première ligne. Au travers des événements historiques, Catherine Bardon nous narre avec beaucoup d’amour pour ses personnages une vraie saga familiale comme on les aime. Espérons qu’un troisième volet voit le jour car je suis bien curieuse de connaître la suite et je pense ne pas être la seule à le vouloir. Bon voyage livresque à vous, chers lecteurs !

29 juillet 2019

Les déracinés de Catherine Bardon

déracinés bardon

Tout débute à Vienne en 1932. Wilhelm, jeune journaliste ambitieux, rencontre Almah, jeune femme libre et insouciante. Leur amour naissant subit les affres de l’antisémitisme et de la guerre. Pour ne pas subir tout cela, ils choisissent de partir là où ils seront à l’abri, eux et leur famille. C’est là que commence leur exil, de désillusions en nouvelle terre accueillante, Wilhelm, Almah et leur fils Frédérick quittent leur terre autrichienne pour s’envoler vers un horizon semble-t-il meilleur. De Vienne à la République Dominicaine en passant par Lisbonne et New York, ces trois immigrants vont se construire une nouvelle vie loin de la tragédie que les Juifs restés au pays ont subie. Grâce aux rencontres avec d’autres immigrants et aux Dominicains, ils vont construire leur ville et vie d’exil.

Une magnifique rencontre avec ses personnages tous plus attachants les uns que les autres. Nous suivons avec délectation la vie de Wil et Almah et nous apprenons quelques détails de la grande Histoire dont nous ignorions l’existence. Même si c’est un roman, Catherine Bardon a su s’emparer des événements catastrophiques de la Seconde Guerre mondiale pour mettre en relief la vie de ses personnages. Un vrai plaisir de lecture qui n’est pas sans rappeler les écrits de Victoria Hislop, autre auteure emblématique de la maison d’édition Les Escales. Bon voyage à vous chers lecteurs ! D’ailleurs, je vais m’empresser de me plonger dans la suite des Déracinés avec L’Américaine et continuer de suivre les aventures de la famille Rosenheck.

17 juillet 2019

La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard

La-vie-est-belle-et-drole-a-la-fois_c1-378x600

Léna mène une vie tranquille loin de tout. Et les fêtes de fin d’année, très peu pour elle. Depuis de nombreuses années, elle a une réelle aversion pour Noël qu’elle ne s’explique pas. Alors quand sa mère lui demande de venir pour les fêtes, Léna hésite un peu avant de dire oui et de connaître le pourquoi de cette demande. Elle arrive avec son frère et sa nièce chez sa mère qui est elle, n’est pas là. Elle a juste laissé un mot disant qu’elle avait des rêves à réaliser. Ni une ni deux, elle s’inquiète mais avec l’aide de sa grand-mère, de son oncle, de son frère et de sa nièce, elle se résout à attendre le retour de sa mère. Un retour aux sources pour Léna qui redécouvre sa ville natale, ses habitants, ses premières amours et surtout les secrets de famille bien enfouis.

Clarisse Sabard s’est une nouvelle fois lancée dans une histoire familiale où secrets et mensonges ont un incidence directe sur les comportements de cette héroïne au grand cœur. Une fois de plus, nous nous sentons proches de Léna et nous avançons avec elle pour découvrir ce qui lui fait peur et nous espérons vivement que l’amour l’emportera sur sa solitude. L’écriture fluide nous fait tourner les pages sans nous en rendre compte et nous fait dévorer ce roman en un rien de temps. Une belle histoire rafraichissante à lire en cette chaleur estivale ou bien au pied du sapin cet hiver !

Posté par Cultur_Mel à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 juillet 2019

La vie qui m’attendait de Julien Sandrel

Sandrel

Romane a trente-neuf ans, elle est médecin et a toujours vécu avec son père. Un jour, une vieille dame lui dit qu’elle l’a vue sortir du service de pneumologie de Marseille. Cependant, elle trouve étrange qu’elle se soit déguisée avec une perruque rousse. Seul hic au tableau, Romane n’a jamais mis les pieds à Marseille. Mais un élément la trouble, sa couleur naturelle est le roux, couleur qu’elle déteste et cache sous une autre couleur plus neutre, le châtain. Cet élément l’intrigue au plus au point et elle se demande qui est la personne que cette vieille dame a vue à Marseille. Romane décide donc de partir à la recherche de ce double sans savoir ce qu’elle va réellement trouver. Elle découvre alors une femme, une autre elle-même, et va devoir composer avec son passé pour rééquilibrer sa vie qui vient d’être chamboulée.

Julien Sandrel a le don de nous plonger dans un univers bien particulier à la fois triste et joyeux. Ici, nous partons à la découverte d’une histoire familiale aussi troublante que jolie. Un point de départ pas très joyeux, des vies pas banales où le destin sera toujours le même quels que soient les choix faits au départ. Encore un roman plein d’espoir, d’amour et d’humanité qui ne peut pas nous laisser indifférent. Les larmes seront sans doute prêtes à couler chez certains mais c’est sans compter les sourires que ces retrouvailles vous donneront tellement leur histoire est belle. Une chose est sûre avec ce roman, vous passerez un excellent moment de lecture ! Une vraie bouffée de bonheur !